L’open d’Australie

Janvier 2013, Melbourne.
Je suis toujours à la recherche du boulot de mes rêves. Il fait chaud, il fait beau, c’est l’été, et c’est normal : nous sommes en janvier.

J’ai pratiqué une dizaine d’années le tennis. On peut donc dire que j’aime ce sport. Alors quand les premières affiches de l’Open d’Australie ont commencé à être affichée en ville, l’excitation est montée. Roger, Novak, Andy, Stan, et les quatre mousquetaires…tout le beau monde était là, à l’exception de Rafa, blessé cette année là.

Première semaine. Me voilà dans les allées du tournoi, idéalement situé à deux pas du centre de Melbourne (le CBD).
J’ai opté pour un ticket 3 jours, qui me permet d’accéder à tous les courts, sauf évidemment les deux principaux (la Rod Lover Arena et le…). Je n’aurai donc pas accès aux grandes têtes d’affiche mais ce n’est pas grave : première semaine obligé, il y aura du beau monde sur les courts annexes!

Open Australie - Chaleur de Melbourne

Sous la Chaleur de Melbourne et de ses buildings

C’est la première fois que je vais voir un grand tournoi de tennis car non, je n’ai jamais mis les pieds à Roland Garros.
Je découvre donc l’atmosphère dans les allées, les gens qui se baladent entre deux courts, qui patientent entre deux matchs, ou qui profitent des animations ou des écrans géants. J’aime beaucoup l’ambiance qui règne dans cette sorte de parc d’attraction du tennis. On se ballade, on choisit son court, on attend un peu avant de pouvoir prendre place, et c’est parti pour le show.

Les Mousquetaires

Le soleil cogne fort. Je m’installe devant la fin d’un match de Gilles Simon. Victoire facile face à un itlalien : Filippo Volandri.
Après Simon, je vais m’installer devant les performances de Richard Gasquet. Efficace, il l’emporte lui aussi rapidement.

Open Australie tennis - Richard Gasquet

Richard Gasquet

C’est fou comme ça parait simple le tennis quand on est spectateur. Pourquoi quand je jouais mes coups droits et revers n’atterrissaient pas aussi souvent dans le terrain? Un problème de raquette sans aucun doute!

La seconde journée je profite d’un match pour aller voir l’argentin Juan Martin Del Potro, qui m’avait impressionné à une époque sur Terre Battue. Il a hélas depuis été blessé et n’est plus au même niveau mais il remporte lui aussi son match.
J’aime beaucoup l’annonce des joueurs faite par le speaker, à l’américaine : Juaannnn Martinnnn Del Potrooooo.

Petite pensée pour les joueurs inconnus, les petits, les sans trophées, les anonymes qui viennent à Melbourne, jouent un match de 2 heures contre une tête de série, et repartent aussi vite qu’ils sont arrivés. Je réalise alors que pour la vingtaine de joueurs qui gagnent très bien leur vie et que l’on connait tous, il y en a d’autres pour qui ça doit être plus compliqué. Leur rêve de devenir champion doit leur sembler à la fois si proche – ils participent à un tournoi du grand chelem – et si loin, lorsqu’ils affrontent un adversaire qui les domine si facilement.

Le show de la Monf

C’est avec ces pensées en tête que je file voir la Monf (le surnom de Gaël Monfils).
C’est LE match que j’ai préféré de mes 3 jours à l’open d’Australie. D’abord parce qu’il avait lieu sur le 3ème plus grand court, avec plusieurs milliers de spectateurs. Ensuite parce que le match avait lieu en début de soirée, que la température était idéale, et que les couleurs dans le ciel de Melbourne superbe.
Enfin parce que la Monf assure le show, et le public le lui rend bien.
Le match était plaisant, avec quelques des bons coups, de bons échanges, et une victoire française à la clé, face à l’ukrainienn Alexandr Dolgopolov.

Open Australie tennis - Gael Monfils

Gael Monfils en action

Roger et Novak

Lorsque j’arrive au parc pour ma dernière journée, je vais faire un tour sur les terrains d’entrainement. Et découvre le programme. Deux joueurs vont venir s’entrainer quasiment au même moment, un peu plus tard.
Deux jeunes plutôt prometteur. Des garçons plein d’avenir.
Leur prénoms? Roger et Novak.
Ca ne vous dit rien?
Et Federer et Djokovic, ça vous aide?
L’empereur et le prince. La légende aux 18 tournois du Grand chelem, et le numéro 1.

La foule est présente!
Novak est concentré mais décontracté. Il s’entraine, mais plaisante avec les spectateurs et échange même quelques coups avec un jeune. Il signe des balles et les distribue à ses fans. Sa sparring partner est…Martina Hingis.

Open Australie tennis - Novak Djokovic

Novak Djokovic et son challenger d’un jour

Roger est lui annoncé à 15h. C’est donc fort logiquement que dès 14h30, des centaines de personnes se pressent autour du court. Le temps passe. Puis IL arrive. Plutôt tendu, à peine quelques signes pour le public. Un petit entrainement, quelques balles pour les spectateurs, un petit signe au public nombreux venu l’encourager. Et bye bye.
Si il l’emporte niveau popularité, il marque moins de points au niveau sympathie.

Open Australie tennis - Roger Federer et la foule

Roger Federer et la foule…

La journée va s’achever, je finis mon tournoi en assistant à un spectacle terrible : les soeur Williams démolissant une doublette de frêles demoiselles qui paraissent bien impuissantes face aux coups surpuissants des américaines.

Open Australie tennis - Soeur Williams

Les soeurs Williams

 

Mon tournoi s’achève. Une semaine plus tard, c’est Djoko – aka Novak Djokovic – qui soulève le trophée.
Pour l’anecdote, pour la première fois depuis Wimbledon 97, ce sont les têtes de série numéro un du simple messieurs, du simple dames, du double messieurs et du double dames qui s’imposent en tournoi du grand chelem.

 

Et vous, avez vous déjà assisté à des grands évènements sportifs? Des spectacles que l’on regarde normalement devant sa télé?

Pin It on Pinterest