Quand la mission Helpx tourne au drame…

Bill

Voici l’histoire de Bill. Bill, comme son nom ne l’indique pas, est d’origine Chinoise. D’ailleurs il a gardé un fort accent de son pays d’origine, qui rend difficile la compréhension de ce qu’il dit.

Un jour de mai à Queenstown, je tombe sur une annonce Helpx. Le gérant d’un Motel à Christchurch veut de l’aide pour l’aider à retaper son établissement. J’y réponds. Bill était l’auteur de cette annonce, le proprio du Motel.

Me voilà donc parti à Christchurch, avec Johanna, une argentine rencontrée à Queenstown, et dans ma voiture maudite, à la rencontre de Bill.

Mission Helpx - Cathédrale Christchurch

Les traces de stremblements de terre sont toujours bien visibles

Notre première soirée se passe très bien. Un couple quitte le Motel après y être resté deux semaines, et un grand repas est organisé en leur honneur. En plus de Bill et de ce couple, nous faisons connaissance d’une Hong Kongaise (et a fortiori chinoise), et d’un couple de Français qui vient d’arriver.
Le vin coule à flot. Bill a l’air cool. Il n’a pas l’air de comprendre tout ce qui se dit non plus. En parlant un peu aux autres Helpeurs, on constate que notre hôte n’a pas la réputation d’être très clair sur ce qu’il souhaite, mais d’être exigeant sur le travail fourni.

Dé-Bill

La suite leur donnera raison. Bill n’est pas clair. Il n’explique pas clairement ce qu’il veut. Il n’explique pas complètement ce qu’il souhaite. En plus il s’exprime mal. Et il ne fournit pas vraiment un matériel de très bonne qualité pour réaliser ce qu’il demande. Je veux bien peindre Bill, mais donne moi quand même un rouleau qui va bien, un escabeau stable pour atteindre le haut des murs, et tout le tralala qui va avec!

Bref, me voilà à l’assaut du grand mur d’une petite maisonnette adossée au motel (et qui fait office de suite).
La maisonnette est haute, il y a des renfoncements dans une entrée, des plafonds, des contours de fenêtre. Et il faut bien sur poncer tout cela histoire de travailler proprement. Bref il y a du travail.
Du moins dans ma conception. Parce que peindre sur de la peinture qui s’écaille, j’ai beau ne pas être expert en peinture du bâtiment, je ne trouve pas ça top!

Mission Helpx - Motel Christchurch

Le Motel

Mais je réalise que la seule chose qui compte pour Bill c’est la rapidité d’exécution!
‘Ca avance?’ ‘Tu en es où?’ ‘La personne qui a peint la face perpendiculaire à la tienne était plus rapide’ (j’ai beau lui expliquer qu’il y a facilement 50% de surface en plus sur ma façade, il ne veut rien entendre…).
Bref Bill ne me harcèle pas, quand même, mais comment dire…il est très lourd! Il veut du travail bien fait et vite fait, et sans mettre le moindre pognon. C’est souvent incompatible!
D’autant que dans l’esprit Helpx, on est là pour aider mais dans la joie et la bonne humeur, dans l’esprit de partage. Bill lui compte les heures à la minute près, et je crois que pour lui, Helpx est un bon moyen de trouver de la main d’oeuvre pas chère.

Kill Bill

Le couple de français qui reste également au Motel est affecté à la rénovation des chambres. Ils ont eu le malheur de dire qu’ils avaient vaguement étudié les matériaux et la mécanique en école d’ingé : il n’en fallait pas plus à Bill pour les nommer responsables de la remise en état du vieillissant Motel.
Ils comprennent rapidement que ce qui intéresse Bill, ce n’est pas la qualité du travail, c’est l’apparence. Les fissures dans les murs et plafonds, témoignages probables des tremblements de terre de 2011, ne sont pas colmatées. Elles sont juste cachées derrière un peu d’enduit.
Je finis par appliquer moi aussi cette méthode du ‘vite fait mal fait’, qui semble suffire aux yeux de Bill. Finalement c’est peut être dans l’esprit chinois : leurs usines ne crachent elles pas des produits contrefaits à longueur d’année? des produits bien en apparence, mais de mauvaise qualité à l’usage? (Vais je me prendre un procès pour propos raciste à cause de cette remarque?)

Mission Helpx - Diner avec Bill

Diner avec Bill

Bref, avec tout ça Bill finit par me gonfler sévèrement. D’autant que pendant ce temps Johanna se la coule douce, à ramasser tranquillement les feuilles mortes sur le parking, à discuter avec un couple de touriste Australien, ou à venir me prêter main forte à la peinture, sous les yeux émerveillés de Bill. Bref, la belle vie, sans pression. Injustice!

Alors quand Johanna est repartie vers Queenstown, au lieu de rester quelques jours de plus comme prévu : I killed Bill I Quit Bill!

Non sans profiter une dernière fois d’un délicieux festin, organisé en l’honneur du départ de Johanna, et intégralement payé par Bill, ce qui, étrangement, n’a pas eu l’air de faire grand plaisir à la grosse pince qu’il est!

 

Et vous, avez vous déjà fait une mission Helpx, woofing, ou workaway qui ne vous a pas plus? Racontez moi ça! 

Pin It on Pinterest