Prologue

Samedi matin. J’éteins difficilement le réveil qui hurle à coté de moi. J’ai terriblement mal à la tête. Je suis KO. Il fait trop chaud. Le téléphone de la chambre sonne et la réceptionniste nous rappelle que l’on est censé avoir quitté l’hôtel depuis 10 minutes. J’essaie de me lever et mon genou me fait très mal.
Le cauchemar!

une soirée en Thailande - hangover

Réveil difficile….

Début de soirée

Vendredi soir : Après une première nuit à l’hôtel près de l’aéroport nous voila, Alexandre (un ami) et moi, à Bangsaen Beach. Sous la chaleur écrasante, après cette longue journée de transport, nous profitons de la piscine sur le toit de l’hôtel, que nous avons trouvé en bord de plage. Bonheur!

La nuit tombe, le ciel est étoilé, la température de l’eau idéale, et du toit de l’hôtel, on entend la rue s’animer, avec une foule toujours plus nombreuse qui vient profiter des restaurants et bars en contrebas. C’est que Bangsaen est une station balnéaire réputée chez les Thaïlandais qui y viennent nombreux le week-end. Ajoutez à cela les nombreux jeunes qui étudient ici et vous obtenez une ville très vivante, en particulier  un vendredi soir comme celui ci.

une soirée thailandaise - debut de soirée

Tout avait bien commencé…

Nous retrouvons finalement Tanguy avec qui on partage un premier plat, du riz (bien sur) accompagné d’une viande de bœuf hachée et largement épicée. Ca pique! Heureusement les bières Thaïlandaises sont là pour nous aider à faire passer ça. Chang, Leo, Tiger ou Singha, il faut choisir son camps. Une Chang pour moi. 70cl de bière fraiche pour à peine 1 euro. J’aime déjà l’Asie!

Tendre est la nuit

Le restau terminé, on file dans le centre pour tester un ou deux bars. Il y a beaucoup de monde en terrasse. Le bœuf épicé nous a donné des idées, et nous voilà en train de vouloir tester nos capacités de résistance aux piments les plus fort de Thaïlande.

une-soirée-thailandaise-piments

Le mal

Ca n’a l’air de rien un piment comme ça. Un simple mini poivron, rien de plus. Grave erreur de jugement : me voilà à  littéralement pleurer de douleur,  et à tenter, vainement, de calmer ma pauvre langue avec de la glace pendant une dizaine de minutes. J’ai mal. Vite une bière pour faire passer tout cela.

Les verres s’enchainent. Sortie dans un bar/boite. Il y a tellement peu d’occidentaux dans la ville, que nous sommes un peu des vedettes. On nous arrête, nous prend en photo, et on veut partager un verre avec nous. Nous voilà à une table avec des Thaïlandais. L’un deux me compare à Zidane. Sachant qu’il ne m’a jamais vu jouer au foot, je crains que ce ne soit plus en raison de ma calvitie naissante que pour mes talents de dribbleur. Il faut boire pour oublier!

une-soirée-thailandaise-chang-beer

La Chang, cette traitresse

Nuit de folie

Milieu de la nuit. Il faut solidifier les estomacs. Les rues sont moins animées, mais on finit par trouver un marchand ambulant qui veut bien nous préparer un petit plat à emporter. Nous ne comprenons pas ce qu’il nous prépare, et dans l’obscurité, je devine juste que j’ai dans les mains une soupe où baignent des aliments étrangement gluants. Peu importe, j’ai faim.
Nous voila de retour sur la plage. A la lumière des lampadaires, je comprends enfin que les éléments gluants en question étaient simplement des pieds de poule. Je n’ai plus faim.

une soirée en Thailande - les pieds de poulet

A table!

 

Nous voilà de retour près de la plage. Nous tombons sur un groupe de jeunes qui nous invitent à les rejoindre. Alexandre se fait persuader par l’un d’eux de se faire caricaturer  par un portraitiste qui traine par là. Ce que fait un portraitiste à 3h du matin sur un bord de plage, je n’en sais rien, mais il est là.
Quand à moi, je  grignote les petits lardons grillés et croquants que nous proposent les Thailandais. Un apéritif classique je présume. Je réalise plus tard que ce sont en fait des petits vers grillés. Vite, une bière pour faire passer tout ça.une soirée en Thailande - les vers grillés

Epilogue

Le temps file. La soirée se termine. Il est temps de rentrer.
Le temps pour moi  de faire le mariole sur la digue et de me briser le genou contre un bloc en béton. Mais je suis serein. Il est 5h du matin. Une dernière bière sur la plage, sous les étoiles, dans la chaleur de la nuit thaïlandaise. Il est tôt en ce samedi matin. C’est parti pour un mois en Thaïlande, et ce n’est pas le fait de devoir quitter l’hôtel à 10h00 qui va me refroidir!
Le rêve!

Pin It on Pinterest