Novembre 2012. Je suis depuis une vingtaine de jours en Thaïlande et je voyage avec mon cousin depuis quelques jours. Après Chiang Mai, puis Sukhotai, nous faisons cap vers Ayutthaya.

Le transfert en bus est long. Ayutthaya n’est qu’une étape pour le bus qui continue sa route et le chauffeur nous dépose simplement, avec nos gros sacs, au bord de l’autoroute.
Il est minuit. C’est la zone. Nous ne savons pas vraiment où nous sommes, et espérons que le chauffeur a bien compris qu’on souhaitait passer la nuit à Ayutthaya. Il nous a parlé un peu à notre descente, avec de grand gestes, mais nous n’avons pas réussir à déchiffrer son message.
Notre seule certitude : si il y a un centre dans cette ville dont on ne connait rien, on en est très éloigné, puisqu’il n’y a rien ni personne ici, à part quelques voitures qui passent de temps en temps.

De notre aire d’autoroute, nous avons accès à une passerelle qui enjambe les quatre voies. La ville est peut être de l’autre coté. Nous n’en savons pas grand chose. Malgré le peu de trafic, on décide d’arrêter un éventuel taxi qui passerait par là. Après 10 minutes, c’est chose faite.

Le taxi semble perplexe quand on lui dit qu’on veut se rendre à Ayuttayah. Mais il finit par démarrer. Les chiffres défilent. Le compteur tourne. 20 km au compteur et nous somme toujours sur l’autoroute. Je trouve ca bizarre et commence à me demander si il n’y a pas comme un léger problème.

Après 25 km, le chauffeur effectue une manoeuvre : un demi tour (c’est chose possible à certains endroits des grandes routes Thaïlandaise et d’ailleurs : on appelle ca un U-Turn). Nous revenons donc sur nos pas puisque nous somme sur la même autoroute mais dans l’autre sens.

Le chauffeur veut donc nous arnaquer! On lui demande pourquoi toute cette route et l’intérêt de ce demi tour. Pas de vraie réponse. Sommes nous kidnappés? Allons nous être revendus sur un marché d’esclave? Découpé puis donnés à manger aux chiens errants?
Ce sont les questions que j’aurais pu commencer à me poser mais le taxi prend enfin une sortie. Au niveau de la sortie, j’aperçois une passerelle, déjà vue  un peu plus tôt…Nous avons donc roulé 50 km pour parcourir les 30m de passerelle qui enjambe l’autoroute.…

Avec le recul, c’est surement ce que le chauffeur du bus nous indiquait avec ses grands gestes : « prenez la passerelle, puis prenez un taxi de l’autre côté ».

Damn it!

Bref, 5 minutes plus tard, le taxi qui a sans doute réalisé la course de l’année et a, à juste titre, du nous prendre pour des grosses buses, nous dépose pas loin de l’adresse indiquée.

Il est 1h du matin. Il n’y a pas un chat hormis seulement quelques chiens errants.

Nous avons beau cherché nous ne trouvons pas l’auberge et demandons  dans un hôtel où elle se trouve.

La bonne nouvelle est que nous n’en sommes pas loin.
La mauvaise est que l’auberge aurait brulée il y  a peu. La chose nous est confirmée par un autre interlocuteur. La soirée loose continue donc!

Mais il en faut plus pour nous arrêter et, au fait des arnaques (ton auberge a brulé…vieeennns dormir dans MON hôtel) nous allons quand même voir si tout cela est vrai.

Il est finalement près de 2h quand nous arrivons au terme de notre périple. L’auberge a effectivement brulé…mais seulement en partie.

Epuisé mais heureux d’avoir un lit, il est 2h30 quand je m’endors enfin.

 

Et vous, avez vous déjà connu ce genre d’arrivée un peu improvisée? Une auberge brulée? Un détour de 50km en taxi?

Pin It on Pinterest